Vous êtes ici

Projets routiers sur le territoire

Ribault exige la réalisation intégrale du prolongement de la A104

Par: 
Lionel Wastl

La majorité  du conseil municipal d’Andrésy, autour de son maire, Hugues Ribault, a voté un vœu pour que « l’enquête publique soit lancée au plus vite sur la réalisation intégrale du prolongement de la francilienne ». Et si jamais le projet de la A104 devait s'arrêter à Achères, alors Andrésy s’opposerait à la construction du pont d’Achères, situé au même endroit.

Le maire semble avoir oublié qu’il a voté, en tant que conseiller général des Yvelines, la construction du pont d’Achères, alors que le tracé vert de la A104 était déjà choisi. 

C’est un véritable tour de force politique que vient de réaliser Hugues Ribault, maire d’Andrésy et ancien conseiller général des Yvelines jusqu’en 2011, en votant cette délibération, lors du conseil municipal du 19 décembre 2011.

Il faut dire que M. Ribault essaye de se sortir du guêpier dans lequel ses actes de maire, d’une part, et ses actes de conseiller général des Yvelines, d’autre part l’ont placé.

Ribault-maire : oui à la A104

En tant que maire, Hugues Ribault a toujours été un fervent partisan de la A104, mais… pas (trop) chez lui. Il s’est opposé, pendant les débats publics, au tracé rouge, mais aussi au tracé vert car il « remplacerait le futur pont d’Achères » (1)  - ce qui était inexact puisque ce dernier était déjà voté au département. C’est ce tracé vert qui a été choisi : d’Achères, il traverse en souterrain la Seine, au sud du quartier de Denouval, juste à la verticale… du fameux pont départemental.

Le maire s’opposerait à un pont… qui n’aurait que des qualités :

La délibération votée est paradoxale. Si les élus de la majorité menacent de ne plus soutenir le projet du pont au cas où la A104 s’arrêterait à Achères, le texte de présentation voté présente les nombreux avantages du pont d’Achères dans un catalogue qui n’a pas peur des contradictions.

Ainsi, la connexion offrirait de « bonnes conditions de desserte et d’accessibilité à la boucle de Chanteloup » mais en même temps « sans report de trafic en direction d’Andrésy » (qui fait pourtant partie de la boucle) avec « une intégration paysagère » exemplaire du pont…

Qu’à cela ne tienne : une fois la décision prise, Hugues Ribault change d’avis et se félicite de ce choix « indispensable à l’équilibre de notre territoire » (2).

Ribault-Conseiller général : 4 votes favorables au pont d'Achères

En tant que conseiller général des Yvelines, Hugues Ribault a soutenu le projet de la départementale entre Achères, Andrésy, Carrières, Chanteloup et Triel avec sa traversée de la Seine au-dessus de l’île de la Dérivation (connexion RD30-RD190).

M. Ribault a voté « pour », en assemblée départementale, le principe de création de ce pont (12 décembre 2003 et 6 février 2007), son financement (22 janvier 2009) et les modalités de la concertation publique (29 mai 2009), tout en déclarant, en conseil municipal (décembre 2003) que cette départementale (et son pont au-dessus des berges de la Seine) permettrait de « défendre notre environnement ».

Hugues Ribault savait depuis 2006

En définitive, depuis plus de 10 ans, l’Etat et le département avancent chacun sur leur projet routier sans concertation aucune. Hugues Ribault, dans sa délibération, feint de l’oublier : « L’Etat n’a encore apporté aucune garantie sur la réalisation du prolongement de la A104. C’est pourquoi, dans l’immédiat, un projet départemental de liaison compatible mais distinct de l’A104 a été mis au point ». Or, le projet du pont est antérieur au tracé vert de la A104.

Pour résumer, Hugues Ribault a toutes les informations, au moins depuis juin 2006, pour savoir que la A104 et le pont d’Achères passent au même endroit, entre Andrésy et Carrières. Il n’a jamais émis la moindre remarque et critique de cette situation ubuesque jusqu’en… 2010, lorsque les échéances des Cantonales approchaient et que M. Ribault espérait le renouvellement de son mandat.

En effet, en juin 2010, le conseiller général d’Andrésy ne prend pas part au vote des conclusions de la concertation publique, au motif de la présence de ces deux projets routiers au même endroit. M. Ribault se fait aussi remarquer par ses amis de l'UMP, en conseil communautaire du 1er février 2010 (vote du projet de territoire de l'interco) lorsqu'il s'oppose au terme de "pont" d'Achères pour préférer "prolongement" - ce qui lui vaut un "Tu changes d'avis souvent, Hugues" de la part du président de la communauté d'agglomération, Pierre Cardo...

Depuis, la situation, pour le maire d’Andrésy, s’envenime : voilà que l’Etat envisagerait un prolongement partiel de la A104 jusqu’à Achères ! Le pont départemental devenant alors une sorte de prolongement naturel de la A104, via la plaine de Chanteloup, jusqu’au pont de Triel !

D’où le vote de la majorité d’Andrésy : réaffirmer le caractère urgent du prolongement de la A104  jusqu’à Orgeval, pour éviter que le pont d’Achères ne serve de déversoir routier. Et si l’autoroute devait vraiment se finir à Achères, alors la majorité de M. Ribault s’opposerait au projet de la départementale et de son pont… Ou comment Ribault-Maire s’opposerait alors à Ribault-Conseiller général.

Certes, le maire d’Andrésy garde l’espoir (comme le conseil général des Yvelines) que la A104 et le pont ne fassent qu’un : une sorte de 2x4 voies en souterrain…

Le vœu du conseil municipal d’Andrésy n’a été voté que par la majorité municipale (UMP/NC), l’opposition ayant quitté le conseil municipal quelques minutes avant, suite à de graves incidents en début de conseil municipal.

 - - - -

(1) Lettre du Canton d’Andrésy n° 1, juin 2006

(2) Lettre du Maire, 4 novembre 2006

 

Publicité