Vous êtes ici

Archive j2r

Andrésy : dure rentrée pour les contribuables !

Par: 
PAR LIONEL WASTL
Les feuilles d’impôts locaux sont arrivées dans les boîtes aux lettres. À Andrésy, l’ouverture des enveloppes réserve quelques surprises. Un constat : Une hausse globale des impôts locaux de près de 13 % !
 


La majorité « Ensemble pour Andrésy » (UMP) a, en effet, fait voter, lors du conseil municipal du 10 avril 2008, une hausse des taux d’imposition de près de 10 % (10,04 % pour la taxe d’habitation, 9,99 % pour la taxe foncière sur les propriétés bâties et 10,01 % pour la taxe foncière sur les propriétés non bâties). Cette hausse de 10 % s’ajoute à l’évolution annuelle des bases locatives, de l’ordre de 3 %. Au total, les Andrésiens subissent donc une hausse des impôts locaux de 12,9 %. Après 2002 et 2005, c’est la troisième année (en moins de dix ans) que les impôts augmentent à Andrésy. Historiquement faiblement dotée en taxe professionnelle, Andrésy accroît donc encore la pression sur les contribuables. Le produit fiscal par Andrésien devient supérieur à la moyenne de la strate à laquelle appartient Andrésy et l’écart ne cesse de s’accroître.

La hausse des charges de personnels : à qui la faute ?

Pour justifier cette hausse, M. Ribault et son équipe mettent en avant la hausse régulière des charges de personnels et la faible évolution des dotations de l’Etat qui nécessitent de trouver un surplus de recettes. Dans l’opposition, les élus d’Andrésy Citoyenne (sans étiquette) dénoncent cette hausse et y voient la conséquence d’une mauvaise gestion des deniers publics, en particulier de la dette de la ville. Par ailleurs, M. Ribault a participé activement à cette hausse des charges du personnel en embauchant un directeur de cabinet, ainsi qu’un « directeur consultant » culturel, qui fait pour le moins doublon avec le maire adjoint à la culture. Enfin, un cadre responsable du « développement durable » vient d’être embauché par la mairie.

Durant la mandature précédente de M. Ribault, l’endettement par habitant a plus que doublé pour se rapprocher de la moyenne des villes de 10.000 à 20.000 habitants, sans pour autant que la ville n’ait acquis de réels moyens supplémentaires. Ce sujet avait été fortement discuté lors des dernières élections municipales.

 

Un mois avant les municipales :« Nous ne prévoyons pas d’augmentation des impôts locaux »

 

L’opposition dénonce aussi le discours tenu par la majorité UMP d’Andrésy avant les élections, leur reprochant d’avoir masqué une partie de la vérité. Effectivement, l’adjoint aux finances, M. Faist, avait déclaré le 13 février 2008 en plein Conseil municipal (soit moins d’un mois avant le premier tour des élections municipales), que M. Ribault et son équipe « ne prévoyaient pas d’augmentation des taux de la fiscalité locale », affirmation qui s’est donc avérée totalement fausse, deux mois après.

Après les ratés du collège et malgré une rentrée culturelle plutôt réussie (mais il faut dire que le budget « culture » a fortement augmenté), la nouvelle mandature du maire sortant commence difficilement. Aux yeux de nombreux Andrésiens, cela commence à faire beaucoup. Alors que le discours ambiant est aux économies et à la réduction du poids de la fiscalité en France, cette hausse passe mal. Les Andrésiens n’auront pas le droit à un petit paquet fiscal…

Comment surtout présenter l’intercommunalité comme source d’économies d’échelle et donc de rationalisation des dépenses, alors que la pression fiscale locale augmente nettement ?

Publicité