Vous êtes ici

Archive j2r

A104 : le COPRA fait son AG le 17 novembre

Par: 
PAR LIONEL WASTL
Le Collectif pour la Protection des Riverains de l’Autoroute A184 (devenue depuis A104) organise son assemblée générale, à la salle des fêtes de Conflans Ste Honorine, le mercredi 19 novembre 2008 à 20 heures 30.

C’est une première : le COPRA, pour son Assemblée générale annuelle, s’installe à Conflans et quitte Andrésy.

Il faut dire qu’en 2007, de nombreuses voix s’étaient élevées sur le choix d’une ville favorable au tracé vert pour tenir une assemblée qui lutte depuis vingt ans contre la francilienne. L’an dernier, il était amusant de voir M. Ribault, maire d’Andrésy et ardent défenseur de l’autoroute, installé au premier rang de l’assemblée et applaudissant le COPRA. Ce fut un summum d’hypocrisie devant des centaines d’habitants de la région.

L’un des administrateurs du COPRA, qui a préféré garder l’anonymat, nous a confirmé qu’une forte pression de certains élus locaux, de l’opposition d’Andrésy et de nombreux sympathisants ont fait plier le bureau exécutif du COPRA.

Cette année, ce sera Conflans, et le symbole est fort : il s’agit réellement de la ville martyr, terriblement impactée par le tracé de l’autoroute qui charriera, rappelons-le, quelques 200 000 véhicules par jour !

Les opposants à l’autoroute ont le vent en poupe

Cette puissante association qui milite contre le tracé vert a repris des couleurs depuis que deux villes directement touchées – Carrières sous Poissy et surtout Poissy – ont changé de majorité, lors des municipales 2008. Les nouveaux édiles de gauche (Eddie Aït et Frédérik Bernard) sont, en effet, favorables à l’annulation du tracé vert.

Et pour cause : le projet de la francilienne couperait en deux Carrières et toucherait fortement Poissy (voir notre carte).

Le maire de Conflans, Philippe Esnol, fortement opposé, lui aussi, au tracé qui traverse toute sa ville, a pu rencontrer le directeur de cabinet de M. Borloo qui lui aurait signifié que le tracé vert ne serait « plus pertinent »avec le Grenelle de l’Environnement. Sans parler du coût budgétaire énorme pour l’Etat d’une autoroute qui traverse trois fois la Seine, dont un sous fluvial extrêmement coûteux au niveau d’Andrésy, et qui accumule plusieurs tranchées couvertes.

Rappelons que la future francilienne débouchera, à Orgeval, sur les A13 et A14, créant le plus grand échangeur d’Europe !

Mais l’association reste prudente. Le COPRA rappelle que « les opérations préparatoires à l’élaboration de l’autoroute se poursuivent » : carottages, études de la faune et de la flore, relevés techniques, etc.

Lors de cette AG, l’avocate du COPRA, Corinne Lepage, devrait intervenir, ainsi que diverses personnalités politiques.

Une visite sur l’excellent site du COPRA s’impose. Le Président du COPRA, Grégoire Lanza, appelle tous les habitants à venir assister à cette assemblée générale : « un combat est perdu d’avance si on abandonne ! »

Publicité