Vous êtes ici

Concertation

Pierre Cardo veut se rendre utile !

Par: 
Rodrigo Acosta

Cela faisait six ans que  Pierre Cardo n'avait pas abordé des sujets liés à la politique locale ici au nord des Yvelines. Après son départ de la tête de l'ancienne Communauté d'Agglomération 2 Rives de Seine (CA2RS) et son travail à l'Autorité de régulation ferroviaire (AREF), il s'est occupé à ses hobbies et aux autres passions. Cependant, Pierre Cardo a voulu se rendre utile lorsqu'on l'a appelé, dans l'urgence, pour servir la communauté urbaine en tant que président du Conseil de développement. Le J2R l'a rencontré le 13 février au siège du journal. 

Rencontrer Pierre Cardo avec sa sourire conviviale est toujours agréable malgré les points ardus à aborder : avis motivés dans la concertation de la communauté urbaine; composition de ce conseil de développement; critères et critiques pour procéder à faire un analyse neutre de l'action de l'exécutif. 

Le retour annoncé le 8 février de M. Cardo a fait exploser le compteur de la page Facebook du Journal des 2 rives : M. Lionel Wastl, élu municipal à Andrésy a par exemple commenté ce retour sur la toile : « En guise de renouvellement des élites et des pratiques politiques locales, ça se pose là avec le retour du dinosaure - élu député de notre circo il y a un quart de siècle !  Ensuite, quand on connaît son programme de développement économique de la boucle de Chanteloup élaboré fin des années 90, on peut constater qu'il a accumulé les zéros pointés. Souvenons-nous : filière bois, écopole, ferme solaire et "éco"port de Carrières ! Mais je suis méchant : il a soutenu et participé au splendide développement urbanistique de Carrières dit « La Centralité avec ses amis Tautou et Bédier.. »  Pour Pierre Cardo, les choses sont simples : il en revient pas, il « vient différemment » et se considère comme un ancien de la vie politique qui est « revenu à ses premiers amours, la vie associative et le sport ! » 

En décembre, Philippe Tautou, président de la communauté urbaine Grand Paris Seine & Oise l'a contacté pour lui proposer la fonction bénévole de président du conseil de développement adossé à la CU. Après trois jours de réflexion, M. Cardo a donné son accord pour préparer cette tâche et avec qui. Il a certainement posé ses conditions notamment la liberté de choix pour coopter les 50 membres du dit conseil. Actuellement, il a déjà réuni une trentaine de personnes de la société civile avec des profiles divers et varies. La liste complète on la trouvera dans le J2R dans un bref délais. 

Ce conseil de développement est une obligation de la loi NOTRe et devait se réunir déjà au début de la création de Grand Paris Seine & Oise. Cependant, M. Cardo n'y est pour rien. Il est là pour se rendre utile et avec son bâton de pèlerin il a commencé à structurer cette instance qui ne sera pas "un machin" de plus dans le paysage technocratique suite à la réforme territoriale de 20015. Cette communauté urbaine est un fait politique et par conséquent, il lui "appartient de faire des avis justifiés" pour que les élus soient capables de modifier ou de se conforter dans leur choix politique. L'avis "impartial" du conseil de développement devrait être guidé par l'expertise et la neutralité afin que les choix politiques et ses avis coïncident afin de voir émerger un territoire « harmonieux ». 

Pierre Cardo a donné quelques pistes sur des sujets récurrents comme la construction de logements dans les communes de la communauté urbaine. "Pour moi, il faut savoir où l'on construit et pourquoi !" a-t-il lancé. La nouvelle urbanisation est indissociable de l'arrivée concrète d'EOLE. Par exemple, le conseil devrait donner un avis sur le Plan local d'urbanisme intercommunal et sur le Plan local d'habitat intercommunal, deux documents d'urbanisme qui sont le socle de la politique publique en matière d'aménagement de territoire. Ce conseil a également la capacité de s'autosaisir et de pondre des idées dans tout sujet ayant trait à la communauté urbaine. Pierre Cardo "sera le garant de ce travail collectif " qui est basée sur le volontariat et sur l'envie de servir le territoire et non pas se servir. On verra le résultat et l'on espère que Pierre Cardo ne se trompe pas sur ce choix qui il a fait après fait face à tant de défis dans sa vie locale et publique. Il veut se rendre utile et faire taire les critiques de tout bord.

Publicité