Vous êtes ici

Environnement et santé publique

Nettoyage de la plaine : les politiques locaux s'en « mêlent »... les pieds !

Par: 
ASAEECC "Votre vie à Carrières"

Les élus réagissent à l'article d'un journal local et leurs propos contradictoires montrent un certain malaise devant cette situation.

A lire, en intégralité, sur le site de l'ASAEECC "Votre vie à Carrières" : ici

 

Ils n'assument pas et se rejettent la balle, comme le président de la communauté urbaine, anciennement président de la communauté d'agglomération 2 Rives de Seine (CA2RS), osant lâchement mettre toute la responsabilité sur les propriétaires "héritiers" des terres, ne résidant même pas dans la région. Décidément, il n'est toujours pas à la hauteur de sa fonction !

Quand à l'ancien maire de Carrières, il s'accapare le sujet et demande des "états généraux". Très bien, mais alors pourquoi ne pas l'avoir pas fait quand il était maire et vice-président de la CA2RS avec M. Tautou ?

C'est seulement, après la mort d'une enfant d'un camp de Roms liée à un incendie accidentel et un nouvel incendie l'été dernier dans la plaine, que le préfet actuel a décidé de la faire évacuer pour les reloger, en grande partie, dans des conditions de vie plus que moyennes à Triel. Cinq mois après, les déchets sont toujours là !

Quelques mesures ont été prises par le maire actuel de Carrières-sous-Poissy pour, au moins, stopper ce fléau mais elles n'ont malheureusement pas  été suivies par les communes de Triel et de Chanteloup, pour plus d'efficacité. Dans cette affaire, c'est chacun pour soi au niveau politique !

Pour l'instant, aucune solution financière et surtout aucune proposition concrète et efficace face à la situation ne sont proposées.

La question n'est pas seulement celle du coût du nettoyage de la plaine (financé, certainement, avec nos impôts) ; il faut aussi prendre des mesures concrètes pour que cela ne se reproduise pas.

Alors oui, certains élus seront sur la photo demain, d'autres non, mais il faudra ensuite qu'ils assument leur soutien et qu'ils "jouent collectif" entre eux, car il ne suffit pas de faire de l'affichage ou de la récupération politicienne !

Cela fait des mois que les riverains et les associations se bougent médiatiquement. Dernièrement sur la toile,  le Carriérois Alban Bernard a lancé une pétition pour qu'enfin cette plaine retrouve sa propreté initiale, avant de devenir une décharge à ciel ouvert. Cette pétition a récolté plus de 800 signatures en à peine quelques semaines.

Venez nombreux soutenir la pétition pour sauver notre plaine aujourd'hui, samedi 17 février ! Rendez-vous à proximité de l'espace Louis Armand à 14 h (254 Rue Louis Armand à Carrières sous-Poissy, pour se rendre ensuite sur le site afin de soutenir la pétition).

 
 
Publicité