Vous êtes ici

ACTU - Politique -

Hausse des impôts à Andrésy : l’opposition lance une pétition

Par: 
Lionel Wastl

La vie politique locale à Andrésy continue d’être animée

Le groupe d’opposition « Andrésy Citoyenne », issu de la société civile, lance une pétition sur toute la ville pour dénoncer la hausse de près de 13 % des impôts locaux, votée par la majorité UMP/NC d’Hugues Ribault, au lendemain de sa victoire aux municipales.

Une telle hausse des taux de fiscalité doit être, selon l’opposition, « une décision prise en concertation avec les habitants ». M. Ribault « n’a pas été élu en faisant campagne sur la hausse de la fiscalité », rappellent-ils. Andrésy est la seule ville de notre territoire à augmenter dans de telles proportions les taxes locales.

Le maire adjoint aux Finances, Denis Faist (NC), s’est défendu dans la presse locale [1] : c’est la faute au personnel de la ville (« augmentation des charges de personnel ») et… aux pompiers (la ville a du participer au financement du Service départemental d’incendies et de secours).

Quant au maire, il a déclaré que « les Andrésiens devront faire mauvaise fortune bon cœur » [2].

1900 signatures pour inscription à l’ordre du jour du Conseil municipal

L’objectif de cette pétition : Obtenir la signature d’un cinquième des électeurs andrésiens afin de demander au maire d’inscrire à l’ordre du jour du Conseil municipal l’organisation d’une consultation sur la hausse des impôts locaux.

Les élus de l’opposition s’installent ainsi tous les samedis sur le marché des bords de Seine. Ils ont même offert un verre de Beaujolais nouveau, samedi 22 novembre, à tous les Andrésiens, signataires ou pas. Les élus comptent s’installer aussi au Franprix et au supermarché Casino.

Près de 1900 signatures à obtenir… Un pari fou lancé par les cinq élus de l’opposition mais « qui motive les troupes » selon eux !

Le maire, Hughes Ribault répond aux questions de la Rédaction

Propos recueillis par Rodrigo Acosta, directeur de publication

Question : Cette augmentation d’impôts était prévue ou non dans votre engagement de campagne ?

Hughes Ribault : Je déments formellement l’affirmation qui consiste à dire que je n’allait pas augmenter les impôts locaux : je n’ai jamais tenu, pendant la campagne municipale, de propos pareils ! Cette décision d’augmenter les impôts a été difficile à prendre mais il faut comprendre que les recettes diminuent et les dépenses augmentent ! La réaction des Andrésiens est compréhensive et pas doctrinaire.

Question : Vous même, votre famille politique préconise plutôt la limitation des impôts, comment expliquer cet écart, voire cette contradiction politique ?

Hughes Ribault : Le pragmatisme l’emporte : je suis devant un fait, les aides et subventions de l’Etat (DGF...) ne suffissent pas pour pallier les augmentations de charges automatiques annuelles (charge de personnelle qui représente 57% du budget communal et les charges liés à la décentralisation telle la participation au Service départemental d’incendie et de secours). En outre ce budget est dans la continuité de notre action avec des efforts d’économies important réalisés par la Municipalité. Ma philosophie, c’est de ne pas augmenter les impôts sauf dans de cas exceptionnels et justifiés, je signale que l’augmentation est de 10% des taux des impôts locaux (sauf la TP, qui relève de la Communauté de communes des Deux Rives) et non pas sur 12,9%. Et la situation justifie une augmentation !

Question : Qu’est-ce que vous allez faire si les élus de l’opposition arrivent à récolter 1900 signatures ?

Hughes Ribault : La loi stipule que le Conseil municipal devrait se saisir de la question. On débattra de ce sujet mais on n’est loin de cette hypothèse de travail !

Publicité