Vous êtes ici

Lettre à la rédaction

La LDH réagit à un article publié par le J2R

Par: 
Rodrigo Acosta et correspondants

En réaction à un article sur les Gens du voyage dans notre dernière édition papier, la présidente de la LDH Poissy nous a écrit. Voici son texte et quelques éléments de réponse de la part de la rédaction. 

Bonjour Rodrigo,

J'ai été extrêmement choquée par la lecture de l'article page 8-9 du journal des 2 Rives n° 141, rubrique "gens du voyage".
Je me doute que ce n'est pas toi qui l'a écrit.... et je sais que le journal donne la parole à diverses expressions...

Mais quand même, en tant que directeur de publication, tu es un minimum engagé par ce qui est écrit...

Déjà le titre: "la question du nomadisme".... c'est du vocabulaire des années 1930, comme on disait "la question juive", à l'époque,.... Tu sais la suite.

Ensuite, l'article n'est fait que des ragots des voisins hostiles....

Ni les principaux concernés, "les gens du voyage", ni leurs associations (il y en a beaucoup) ne sont interviewés pour avoir leur point de vue.
A croire que ce sont des sous-humains qui n'ont pas droit à la parole.

La seule question que se pose l'auteur de l'article, c'est comment faire pour les expulser plus facilement. Même les représentants de la mairie, ou de la GPS&O, ou de la préfecture ne sont pas interviewés.

Je suis écœurée par cet article.....

 

Voici quelques éléments de réponse à cette missive :

La rédaction a écrit plusieurs articles sur cette question brulante et récurrente dans nos communes. A ce propos, je pourrais transmettre à Mme Laforgue un lien vers l'article de P-A Blanchet : http://www.journal-deux-rives.com/actu/08683-louisa-legrain-personne-gens-voyage-sejournant-orgeval.
Selon Michel, un des membres de notre rédaction, on vise un équilibre : "Je n'ai pas été choqué par l'article en question mais je pensais qu'il fallait donner la parole aux Gens du voyage et mieux comprendre leurs motivations pour conserver leur mode de vie. C'est pourquoi, après avoir fait cette proposition lors de la dernière réunion du comité de rédaction, j'ai suggéré à PAB de rencontrer des Gens du voyage installés à Orgeval, par l'intermédiaire de l'association qui les représente dans les Yvelines, et de rédiger un article complémentaire. J'espérais que les deux articles auraient pu être publiés ensemble, dans la dernière édition du J2R."

Ensuite, un autre membre de la rédaction qui vit près des Gens du voyage à Vernouillet a réagi : elle a souligné certains points qui reviennent souvent dans ce type de dossier, dont le ras-le-bol des voisins : "J’ai relu l’article concernant les Gens du voyage, critiqué par une lectrice. Ton article est excellent, sans discrimination envers ces gens qui envahissent notre territoire et ne respectent pas l’environnement, se servent de l’eau et de l’électricité que nous payons dans nos impôts. Si nous n’avions pas autant de sites abandonnés par leur propriétaire, il y aurait (peut-être) moins de squatte par ces  caravanes. Les préfets successifs n’ont jamais rien fait pour endiguer ce problème et GPS&O a d’autres chats à fouetter, malheureusement.
Si les propriétaires d’Orgeval se sentent en insécurité, ce qui est fort probable, qu’ils se mettent en association et portent plainte auprès de la gendarmerie et de la préfecture ; quand je lis qu’ils ont peur de sortir leur poubelle, je ne sais pas s’ils auront le courage de porter plainte. Bien que dans notre quartier nous avons eu de gros problèmes avec les manouches rue de Breteuil à la hauteur des casses pots, il est vrai qu’ils avaient été très brutaux envers un propriétaire qui lui n’avait rien fait, mais depuis tout est à peu près calme.
"

En tout cas, le directeur du J2R sait que ce débat est un piège pour la rédaction, mais nier ces problèmes reviendrait à occulter des débats structurant la vie publique locale. A notre modeste manière, nous poursuivons notre tâche depuis 2001. 

Publicité