Vous êtes ici

Commerce de proximité

L’opticien a la vue sur Triel-sur-Seine

Par : 
Floraldine

Arrivé en septembre 2004, Jean-Marc Seguette, opticien diplômé, a laissé son statut de salarié aux Ulis, pour devenir entrepreneur en ouvrant sa propre boutique, Triel Optique, dans la ville de Triel-sur-Seine. Déjà quinze années d’activité aujourd’hui, au service des Triellois dans le but de répondre à leurs besoins.

Un métier passionnant, celui de l’opticien

Ancien salarié aux Ulis dans l’Essonne, il a voulu travailler comme il le voulait et répondre aux besoins de ses clients. « […] Pas forcément vendre ce dont les clients n’avaient pas besoin, mais vendre ce dont ils avaient réellement besoin », explique Jean-Marc Seguette en parlant de ce qui l’avait poussé à ouvrir sa propre boutique.

Opticien diplômé d’Etat, il obtint en 2001 un BTS opticien lunetier et une licence en optométrie avancé en 2015. Il est appliqué dans son domaine de connaissance et dans son travail. « Le statut de l’opticien est un peu particulier » : commerçant, auxiliaire médical et artisan, l’opticien a plusieurs casquettes.

« Il y a deux côtés, le coté commercial, la relation avec les clients, choisir une monture exécuter l’ordonnance et un coté moins connu... », explique-t-il, car ce sont les opticiens en arrière-boutique contrairement aux idées reçues qui s’occupent du taillage des verres, à l’aide de machines qu’il maîtrise. C'est un travail méticuleux avec des machines sophistiquées (voir photo ci-dessous) qui peut prendre jusqu’à cinq heures pour obtenir un bon résultat.

« Quand on paye des lunettes, on paye un packaging […] et l’ajustage ça fait partie du boulot, si on fait une vente, il faut accepter de faire la vente et de faire le boulot proprement ». Jean-Marc Seguette est ainsi impliqué dans son travail ; il affiche l'objectif de satisfaire pleinement sa clientèle en étant méticuleux et en faisant attention aux besoins.

Outre le coté technique, dans l’optique il y a aussi un coté prévention, santé qui pour lui a été oublié. « La première utilité des lunettes c’est de voir et de voir net » ; aujourd’hui les lunettes sont « vues » comme un accessoire et il le déplore. Ancien dans le métier, il assisté à plusieurs mutations depuis son arrivée : « On a des changements tous les deux ans au moins », la dernière datant de janvier 2020 avec le système 100 % Santé avec la paire de lunette gratuite ; en tant qu’opticien expérimenté, il la déplore : « On perd dans l’offre de choix ». 

Une clientèle locale

Jean-Marc Seguette propose, dans sa boutique, tous types de lunettes, des lunettes de vues aux lunettes de soleil en passant par les lentilles de contact, uniquement sur ordonnance d'un ophtalmologue. Ses produits viennent différents fournisseurs : « On les reçoit des marques et des sociétés ». Des lunettes de marques, telles que Gucci et Kering, et des lunettes de la société Morel ; avec les Lightec et Oga de la société BLI, avec les JF Rey et Bose et enfin des lunettes de la société Silhouette, il y a de quoi combler les envies et chaque client. 

Accueillant et souriant, Jean-Marc Seguette a établi un commerce de proximité avec une clientèle qu’il connaît  très bien. C’est un commerce qui marche bien : « il y a mieux, il y a pire ».  Il ne rencontre aucune difficulté, sauf lorsque la crise du virus Covid-19 l'a obligé à fermer la boutique pour confinement. 

Pour en savoir plus

Tél. : 01 39 70 76 25

Adresse postale : 127 rue Paul Doumer, 78510 Triel-sur-Seine

@ : triel.optique@gmail.com

 

Publicité