Vous êtes ici

Coronavirus-solidarité

Vue à la fenêtre 2020 à Chanteloup-les-Vignes

Par : 
Rodrigo Acosta et correspondants

La Compagnie des Contraires a toujours été fidèle aux habitants de la ville de Chanteloup-les-Vignes. En cette période de confinement, c’est donc un grand plaisir pour son équipe de se déplacer sous les fenêtres des habitants pour leur souhaiter une belle journée avec de l’art circassien.

Une nouvelle complicité se met en place. Cet amour sans limites que la Compagnie des Contraires a toujours manifesté aux enfants chantelouvais est présent, comme les fleurs du printemps revenues pour nous dire combien la nature nous aime.

Comme le temps n’existe plus et que nous ne sommes plus obligés de courir derrière ou de voir le temps courir derrière nous, les gens peuvent enfin se pencher aux fenêtres pour admirer inlassablement les jeux des artistes heureux d’observer les enfants qui les regardent.

Parfois, il y a des familles entières : ils sont trois, quatre enfants, le père, la mère, la grand-mère, tous avec le visage collé à la fenêtre ou écrasé contre les grandes baies vitrées comme s’ils étaient dans des aquariums.

Quand la compagnie arrive, c’est vraiment un moment important pour eux et pour elle : un bol d’art créatif  qui change la routine de la journée. L'action Par la fenêtre nourrit l’imaginaire des habitants et favorise  un nouveau dialogue avec les familles confinées pour apporter autre chose que les émissions de TV.  C'est une parenthèse dans le confinement, comme si une mémoire commune venait s’installer au sein de la famille.

Ces habitants qui crient, tapent des mains, chantent, appellent les artistes, applaudissent, montrent que le lien est là ; le lien social c’est cela, aller vers les autres, avant tout être sur le terrain, conquérir le territoire avec eux et apporter ces petits bouts de bonheur, ces gouttes d’eau qui feront germer de belles plantes.

La maison mère de la Compagnie des Contraires a toujours été la rue. C’est aussi la passion de sa fondatrice et directrice artistique, Neusa Thomasi, brésilienne, qui a commencé son travail dans les zones périphériques de son pays à l’âge de 18 ans. Sa passion ne l’a jamais quittée : ce qu’elle aime c’est le brassage, l’humanité, les gens tout court. Peu importe leur couleur, leur nationalité, leur croyance, leur poids ; avant tout, elle aime être là, au moment présent face à quelqu’un, discuter, regarder, sourire, et apporter ses gestes pleins d’amour et de bienveillance qui l’habitent depuis toujours.

Cette action Par la fenêtre fait redécouvrir Chanteloup-les-Vignes. Le renouvellement urbain pendant le printemps a deux particularités, le silence et les places vides de monde. C’est une toute autre ville. Les pâquerettes envahissent les pelouses, elles sont heureuses cette année, car l’espace vert n’est pas venu leur grignoter les pétales. Les oiseaux chantent partout, les arbres sont en fleurs, la ville est verte. Un vrai plaisir. À vrai dire, Chanteloup-les-Vignes est une belle ville !

Le lancement de l’action Par la fenêtri correspond à la Journée de la Rue Confinement. Sa directrice artistique, Neusa Thomasi, a mis en place à distance une série de numéros de cirque joués par des artistes renommés qui seront présentés en bas de  immeubles de la ville de Chanteloup-les-Vignes.

La petite troupe d’artistes est composée de deux à trois artistes souvent confinés ensemble ou des couples d’artistes. Ils apportent au quotidien aux enfants et aux habitants de la cité de la Noé un moment magique afin de conserver le lien de confiance et développer la culture pour tous pendant la période de confinement.

À ces fins, la directrice artistique a pris toutes les mesures nécessaires pour le confinement.

Le circuit des présentations de l’action Par la fenêtre sera affiché, quotidiennement, sur la page Facebook et le site Internet de la Compagnie des Contraires.

La compagnie compte toucher l’ensemble de la population de la cité de la Noé avant le 11 mai.

Dans des périodes de crise comme celle que nous vivons, un artiste engagé doit vraiment porter un souffle d’invention. Il doit sans cesse se demander comment inventer le nouveau, comment inventer le lendemain, un futur qui n’existait pas hier. Il doit trouver la faille dans l’impossible, il doit être prêt à agir et à aller de l’avant.

Il serait vraiment dommage qu’après cette crise, la société et les politiques aient envie de reconduire le monde tel qu’il était auparavant, ce qui semble impossible à cette heure. Les artistes engagés doivent essayer de trouver une nouvelle façon de penser ; c'est avec leur force que nous pourrons inventer un nouveau monde. Ce sera possible si les politiques et le gouvernement acceptent de comprendre la pensée des artistes.

Publicité