Vous êtes ici

Coronavirus

35 000 masques « grand public » mis à disposition gratuitement par la municipalité des Mureaux

Par: 
Damien Delerin

Le vendredi 1er mai 2020, à un peu plus d’une semaine du dé-confinement du 11 mai, la municipalité des Mureaux a mis en ligne un communiqué vidéo du maire, François Garay, qui fait un point sur la distribution de masques « grand public », la réouverture des écoles, la gratuité de la restauration scolaire.

La municipalité des Mureaux a publié, le vendredi 1er mai, une interview en vidéo de François Garay, maire de la ville. Elle a été tournée dans la salle du conseil municipal de la mairie ; le maire y répond aux questions suivantes : La ville des Mureaux fournira-t-elle des masques « grand public » à ses habitants ? Comment se prépare la rentrée ? Un nettoyage des écoles est-il prévu ? Et la restauration scolaire ? Et les centres de loisirs ? Quelles mesures défendez-vous pour soutenir les plus fragiles ? Un mot à l’occasion du 1er mai ?

La ville des Mureaux fournira-t-elle des masques « grand public » à ses habitants ?

Cette question a déjà été évoquée lors d’une précédente interview. La municipalité des Mureaux vient de recevoir plus de 20 000 masques dits «  grand public » et 15 000 sont à venir également. C’est d’ailleurs là, dans la salle du conseil municipal de la ville, qu’ils sont stockés afin d’être conditionnés par une douzaine de personnes pour être distribués par la Poste dans les 14 300 boîtes aux lettres recensées dans la commune. Ce sont, en tout, 35 000 masques que la Ville des Mureaux distribuera gratuitement aux habitants, soit par la Poste, donc, soit en les mettant à disposition dans des lieux précis. La ville compte un peu plus de 32 000 habitants. Cela signifie, comme l'a précisé le maire dans la vidéo, que « l’ensemble des habitants aura au moins un masque. »

Comment se prépare la rentrée ?

Avant de répondre à la question, le Mairie des Mureaux a voulu transmettre un message sur les conditions de la pandémie. Que cela soit par l’État, le Gouvernement ou l’Education Nationale, chaque jour « on nous dit quelque chose mais on ne se rend pas compte que ce sont les maires à qui reviennent l’organisation de cette rentrée !  ». « Je pense [ … ] qu’il aurait fallu un peu plus de temps, septembre peut-être ?  » Il faut, selon le maire, que de bonnes conditions de protection soient réunies, pour les enfants ainsi que pour le personnel, 350 en tout en charge de l’éducation  aux Mureaux.

Un nettoyage des écoles est-il prévu ?

La réponse à cette question a déjà été donnée lors de l’interview précédente. Une opération de nettoyage aura lieu à partir de la semaine du 4 mai pour les classes et les abords des écoles. Des mesures de propreté et de protection seront définies avec l’Education nationale.

Et la restauration scolaire ?

Ce sujet n’avait pas encore été évoqué ces dernières semaines et, là aussi, c’est un sujet « difficile à traiter avec beaucoup de contraintes  ». Toutefois, le maire essaiera d’ouvrir tous les restaurants scolaires dans les meilleures conditions d’accueil. Dans le cadre de la solidarité sociale, la restauration scolaire sera gratuite jusqu’au 3 juillet, a précisé François Garay.

Et les centres de loisirs ?

Pour aider les parents voulant reprendre leurs activités, il leur faut les meilleurs services pour la garde de leurs enfants. Dans ce but, le maire  a annoncé que les centres de loisirs seront ouverts le 13 mai, mais ils vont connaître des évolutions en fonction des contraintes sanitaires. Le maire fera en sorte que tous les plans soient prêts pour la rentrée du 12 mai, puisque le 11 est le jour de la rentrée des professeurs.

Quelles mesures défendez-vous pour soutenir les plus fragiles ?

Le maire a proposé quelques mesures, notamment à Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement : suspendre les expulsions, demander aux bailleurs sociaux de ne pas augmenter les charges en raison du confinement, demander aux banques d’étaler ou de geler les échéances des crédits immobiliers, des remboursements bancaires en raison des difficultés rencontrées par la population en raison du confinement.

Un mot à l’occasion du 1er mai ?

Cette dernière question a permis au maire des Mureaux de conclure son intervention par un message de solidarité envers tous les bénévoles qui s’activent pour aider la population à bien vivre le confinement. « Le 1er mai est un moment fort », a expliqué le maire, car c’est la fête du travail et c’est un jour de manifestation et de mobilisation des luttes sociales en France comme partout dans le Monde. C’est aussi, pour lui, un moment de réflexion.

François Garay a terminé son propos en revenant sur le symbole du muguet offert, qui est un porte-bonheur : « J’espère que ce muguet qu’on se donne le 1er mai [sera le] signe que la pandémie à terme sera réglée [...] dans un monde différent où l’égalité sera plus forte entre nous tous !  »

Lien vers la vidéo

Publicité